L’histoire de Wildix 3 : Le carrossier et les boîtes bleues

November 29, 2016

 

"Volonté, études, test, échecs, succès : on peut le dire Dimitri et Stefano conçoivent leur PBX. L’aventure a belle et bien commencé.

L’une des première étapes est la dissection de la technologie Asterisk comme ils le feraient avec un scooter première génération. Or à la longue ils n’y voit que des failles. Ils se rendent compte que la stabilité sera leur plus grand challenge.

Et ne sont même pas sûr que les conditions technologiques soient déjà réunis pour mener le projet à terme.

Alors oui les téléphones font le travail, mais toute opération plus complexe met très vite en péril l’ensemble du système.

 

En aparté pour les plus experts :
 

– Les systèmes Asterisk installés sur les serveurs Linux avaient beaucoup de problèmes, le disque se remplissait beaucoup trop vite quand ce n’était pas le virus d’un hacker amateur qui contaminait le système. Comme lorsque votre voiture ne démarre pas, pour identifier la panne il faut analyser les composants et indices clés.  C’est avec cette méthodologie que les frères Osler en sont venus à la conclusion qu’il fallait s’attaquer au coeur du problème en développant leur propre moteur soit créer leur PBX et abandonner définitivement Asterisk.

 

Ils ont alors commencé à travailler sur CallWeaver, un projet d’un ancien développeur de logiciels Siemens qui avait travaillé à la Silicon Valley en tant que chercheur. A l’époque